30/01/2007

absurdité

ange enchainé

Ils dansent. Tous. Sauf moi. Dans l'ombre. Seule. Je pleure. Ils tournent. Ils bougent. Ils rient. Plus envie de rien. Partir. Besoin de m'en aller. Un goût de sang dans la bouche. Je crache. Salive rouge. Elle arrive vers moi. J'entends pas. Pourtant elle me parle. La tête me tourne. Je tombe sur le sol. Elle m'aide. Je me relève. Titube juste qu'aux toilettes. Me sens pas bien. Je regarde mon reflet. Pâle. Trop pâle. J'avale encore un comprimé. Je vomis. Je le sais. Je sais ce que j'ai. Mais je veux pas l'entendre. Je veux pas le croire. Nier la vérité. C'est plus facile. Je retourne là-bas. Ils dansent. La ronde de la vie. Et moi je pleure. Mon coeur est brisé. Mon corps est meurtri. Faut que j'arrête. Et je recommence. Salive rouge. Il est bientôt trop tard. Mais je suis seule. Personne. Je me sens mal et faible. Pas capable. Je m'effondre.

14:20 Écrit par une inconnue dans silence | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

pourtant entré dans la ronde et te laisser envahir par l'ivresse de la vie ne serait pas une perte de temps...elle est si courte...

Écrit par : L'elfe | 30/01/2007

Cette impression d'être le centre du monde parce que tout tourne autour de nous, mais de n'être rien en fait, ne plus rien calculer...
Les effets nous font monter très haut. Et puis après, on retimbre très bas.
Courage.

Écrit par : Etienne | 30/01/2007

L'amour est parfois destructeur,il faut du temps pour comprendre le mal que l'on ce fait. Bon courage petite inconnue

Écrit par : Marc | 31/01/2007

biensur on peu tout prendre sur mon blaog ;)

Écrit par : caro | 31/01/2007

Et par pitié, arrête de nommer tes posts "absurdité". Tout cela, les sentiments que tu décris, sont tout sauf absurde. Toi non plus d'ailleurs. Courage à toi. Ne lâche pas, chère Inconnue. (En fait, ton pseudo a du bon : il m'oblige à mettre cet adjectif sympa en épithète, parce que "Inconnue" tout seul ca le fait pas. En fait c'est pour flatter ton ego, hein, espèce de prétentieuse ;) lol).
Gros bisous.

Écrit par : Etienne | 01/02/2007

Les commentaires sont fermés.