28/02/2007

absurdité

fille à la fenetre

Peut-être. Peut-être pas. Peu à peu. Me dévoiler. Sortir de ma carapace. Des larmes de sang. Ce mal qui grandit. La fin. L'infini. Je semble triste. On le dit. Des mots bas. Les gens qui savent. Compatissants. Ca me dégoute. Me donne envie de vomir. Mon esprit qui déraille. Mon coeur qui se brise. Mon âme qui s'envole. Ma vue qui se brouille. Il me manque. Trop. Je l'aime. Trop aussi. Il est pas pour moi. Je dois l'oublier. Je me force à rire. Des sourires hypocrites. J'assume. Je le dis. J'aime pas la vie. Mais je baisse pas les bras. De fierté. Un courage ridicul. Mon mépris mal caché. Pas caché. Je le cris bien fort. Je le hurle. Mes yeux pleurent en cachette. Dans le dos des autres. J'arrive plus à tenir. Besoin de grandir. Trop mature. Ce mal être. Le psy l'a dit. Ils l'ont tous dit. Trop mature. Et trop triste. "Tu es toujours triste". Y a pas de pourquoi. C'est en moi. Une tristesse gravée dans mon coeur.

01:22 Écrit par une inconnue dans silence | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

23/02/2007

absurdité

verre deau

J'attends. Marre de fuir. Marre de craquer. Plus envie de vouloir mourir. J'ai des rêves. Je veux me battre. Dur. Dans un monde en noir et blanc. Teinté de gris. Pas besoin de couleurs. Juste de vivre. Respirer. Loin des sourires. Loin des rires. Loin de l'amour. Loin de l'amitié. Au plus prés de ma joie. A moi. Le malheur. La tristesse. Je vis de mélancolie. Une habitude. Qui me plait. C'est bête. Mais chacun ces bonheurs. Positifs. Ou négatifs. Ma bulle d'espoir. Espoir. Mi positif. Mi négatif. Pour tout le monde. En tous. Ca sonne juste. Espoir. Je veux grandir. Apprendre. Exister. Dans ma joie de souffrir. Plus de mort. De mes tentatives ratées. J'ai besoin de vivre. Marcher droit devant. La tête haute. Ne plus regarder en arrière. Oublier le passé. Ne pas rester figée par la nostalgie. Je veux recommencer. Je veux continuer. Je veux vivre.

21:30 Écrit par une inconnue dans silence | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

21/02/2007

absurdité

mourir dune balle

Une corde. Se pendre. L'autoroute. Se faire écraser. Une lame de rasoir. S'ouvrir les veines. Mourir. J'ai plus d'espoir. J'ai plus d'envie. Que de la haine. Que du dégout. Je n'aime pas vivre. Je ne veux plus vivre. Ne me dites pas que c'est bête. Qu'il y a plus malheureux que moi. Je le sais bien. Mais j'ai plus de force. Plus le courage. Détresse. Peine. Chagrin. Le monde me tue. Me torture. Les gens autour me tuent. Me torturent. Souffrance. Constante. J'ai mal. Dans mon coeur. De pierre. A cause de vous. Vous êtes contents. Il est content. Elle est contente. Eux, ils sont contents. Les autres, ils sont contents. Tout le monde. Même moi. Je souris à la fin. Au néant. Je ne pleurai pas. Plus jamais.

12:13 Écrit par une inconnue dans silence | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

17/02/2007

absurdité

rester dans le noir

Des souvenirs qui s'éffacent. La mémoire qui s'évapore. J'ai mal au coeur. Brisé. Je l'aime. Beaucoup trop. Faut arrêter. Je peux pas m'en empêcher. C'est dur. J'ai l'adresse. C'est la bonne. Oser y aller. Ou me désintoxiquer. Je sais pas. C'est long. Deux semaines sans le voir. Le stress. Marcher. Courir. Comme pour fuir. Ma propre ombre. Mon reflet dans le miroir. Mon coeur froit et glacial. Rentrer. Dans la nuit. Le visage sur la pizza. Pas faim. Envie de tout casser. De me libérer de cette haine. Prisonnière en moi. Je déteste les vacances. Je déteste le collège. Je déteste la vie. Routine. Les hauts. Si rares. Et les bas. Il n'y a que ça. Que ce ne sont plus des bas. C'est rien. C'est ma vie. Je la gâche. A force de l'aimer. De faire des erreurs. De ne rien arrêter. De tout continuer. Une raison m'échappe. Pourquoi on vit?

19:19 Écrit par une inconnue dans silence | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

13/02/2007

absurdité

pleursdedouleur

Toujours seule. De plus en plus. Abandonnée par tous. J'ai peur. De mourir. De devoir. Poussée par eux. Poussée à me tuer. Ne plus les voir. Ne plus les entendre. Ils ne comprennent rien. Ils sont là à rire. De moi. Se moquer. Sans s'en rendre compte. Au fond de mon coeur. Des pleurs de sang. Entre jalousie et fièrté. J'ai plus d'espoir. Pas envie de me soumettre. Trouver la clé. Me relever. Sans eux. Pouvoir en solitaire. Vivre sans aide. Sans amis. Sans personne. Le coeur brisé. La haine de la vie. Mourir. Une envie. Un besoin. D'en finir. Enfin une sortie. Paranoïa. Folie.

16:47 Écrit par une inconnue dans silence | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

10/02/2007

absurdité

déprime

Rêve tortueux. Peur. Terreur. Sueur froide. La vie en cauchemard. Je marche. Les gens courent. Je prends mon temps. Dans une autre dimension. J'ai cessé d'exister. Ne serait-ce un peu. Jamais plus amier. Jamais plus pleurer. Me renfermer sur moi-même. Pour toujours. Froideur. Solitaire sur la route. Traverser au feu rouge. Une voiture à 100km/h. Mourir. Vite. Avant de trop souffrir. Avant de ne plus pouvoir. Ou continuer. Pour savoir l'avenir. Curiosité. Désir d'espèrer. De connaitre. Peut-être de comprendre. Et cette enfance. Gachée. Trop vite morte. Un sucre d'orge. Un nounours. Je la revis. Dans ma tête. Dans mes pleurs. Dans mes rêves. Silence. Le passé est fini. Faut vivre au présent. La tête dans l'avenir.

20:22 Écrit par une inconnue dans silence | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

06/02/2007

absurdité

seule enfance

 

Chut. Il me regarde. Triste regard. Sourire forcé. Même pas. Pas la force. Ni moi. Ni lui. On a trop menti. C'est fini. On ne cache plus. La verité est dévoilée. Peur. Silence. Cris étouffés. Désir morose. Les larmes qui ne sortent pas. Ecrire. Mourir. Il n'est plus rien. Une coquille vide. Il est beau. Il ne m'aime pas. Moi non plus. Je me tais. Toujours. Je le comprends. Profonde souffrance. Mal en silence. On meurt doucement. Prit par le temps. Sans penser. Sans réfléchir. On se tue. Je cours. Vers eux. Loin de lui. Amitié qui fuit. Partie en fumée. Pleurs au fond de nous. Besoin d'une pause. Fin...

Et lui. Je l'oublis pas. Je l'aime. Toujours. Encore. A jamais. Jusqu'à la mort. Peut-être. Elle est si proche. Je l'aime lui. Trop. Tellement. Envie de lui. Innaccesible. Je suis jalouse. D'eux tous. Envie de pleurer. De le voir. De pouvoir. D'avoir le droit. La possibilité. Besoin d'être aimée. Fin...

18:23 Écrit par une inconnue dans silence | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

04/02/2007

brouillard dans le ciel gris

vide prise de tête

C'est une page qui se tourne, déchirée, froissée,

C'est des mots qui s'envolent, silencieux, oubliés,

C'est une larme qui coule, seule, abandonnée,

C'est une plaie qui s'ouvre, malheureuse, ensanglantée...

 

Le coeur brisé par une musique de mots,

Le coeur malade de sons trop faux,

Le coeur langui d'espoir qui n'existent plus,

Le coeur amoureux dans un corps perdu...

 

Souffrance sans retenue, flots de pleurs,

Souffrance d'une histoire de malheur,

Souffrance d'un destin inachevé de folie,

Souffrance triste de mélancolie...

14:08 Écrit par une inconnue dans poèsie | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

03/02/2007

absurdité

oeil qui pleure

Souffle de haine. Miroir brisé. Je regarde les morceaux. Ensanglantés. J'ai oublié de regarder le relet. Je m'agenouille. Devant la mort. Devant eux. Ils ont perdu. Mais je leurs donne la victoire. Un. Deux. Trois. Mourir. La vie est complexe. Pleines de mystère. Je ne la comprends pas. Je ne veux pas. L'absurdité de mes propos. Abstrait. Ils sont là. Moi aussi. On fume. De tout. Et de n'importe quoi. Autour d'un verre. Vodka. Table blanche de poudre. Héroïne. J'entends des cris. Je m'empêche de pleurer. De crier à mon tour. J'ai peur. Mais je ne dois pas le montrer. Être la plus forte. Gagner. Je ne veux plus. Je me laisse couler. J'en ai marre de la vie. Marre de vivre. Marre de me battre. Pour rien. Tout tombe en fumée. A quoi ça sert. Je me laisser aller. J'accepte.

13:52 Écrit par une inconnue dans silence | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

01/02/2007

absurdité (de la vie)

se balancer seule

Apprécier un sourire. Jouer avec un rire. Je crie. La vie n'est pas rose. Elle n'est pas belle. Peinture abstraite. Je vois trouble. Héroïne. Sniffer encore. Je me dis. Faut que j'arrête. Mais c'est juste mourir. Je suis malade. C'est grave. Besoin d'un comprimé. Non. Besoin de poudre. J'ai choisi. Amour. Il est là. Envie de hurler. Eclater en sanglots. Larmes de sang. Je mets un masque. Jouer la comédie. Jusqu'à la fin. Ne pas me dévoiler. Ne rien lui dire. Continuer à l'aimer. Et l'oublier dans la drogue. C'est absurde. Mais la vie est une absurdité. Voix nocture. Musique discrète. Lumières dans Paris. Appuier sur pause. Puis redémarrer. La vie est un film. Le mien en noir et blanc. Les leurs en couleurs. Pas de chance. On le quitte sur un "à demain". Furtif départ. Poignard dans mon coeur. J'accepte la mort. Quel gachis!

18:31 Écrit par une inconnue dans silence | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |