23/06/2007

absurdité

On allume une clope. On se regarde. Un. Deux. Trois. Parti. Je dis tout. Ma haine. Ma souffrance. Tout ce que je ressens. Minute de silence. Tu baisses ton regard. Puis tu me touches l'épaule. Et... Non. Pas déjà. Pas sans rien dire. Tu pars. Je t'ai plus jamais vu. C'était un adieu. Une fin. J'ai pleuré tu sais, des larmes de crocodiles sur nos tombeaux d'amour. Tu aimais cette phrase. Elle sonnait bien. Elle résume l'hypocrisie. La fin. Notre vie ensemble. Nos souvenirs. Notre passé. J'aurais voulu t'aimer. Te pardonner aussi. Répondre à tes baisers. A tes sourires. Mais... Je n'ai pas pu. Désolée. Les regrets me rongent. Tu savais me comprendre. Tu savais être là. Tu m'aimais. Toi. Cette nuit. J'ai pensé à toi. J'ai rêvé de toi. J'aurais voulu t'avoir avec moi. Partager un moment dans tes bras. Être heureuse. J'ai tout gaché.

15:05 Écrit par une inconnue dans silence | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

tu n'as pas tout gaché,t'as juste dit ce qu'il fallait!
biz.
++

Écrit par : lestat | 04/07/2007

en manque de toi En manque de toi
Mon amour,

je suis en manque de toi, de ton corps, de tes caresses, de ta voix. J'ai besoin de sentir ta chaleur contre la mienne, ton odeur qui se mélange à la mienne.
j'ai besoin d'effleurer , tes grands chmps de blé, de me perdre dans tes collines, peu élevées mais si féline, de presser tes boutons d'ors, pour que s'illumine la caverne de tes trésors.
J'ai besoin de sentir monter cette tension, en nos corps perdus à l'unisson de cette déferlante d'amour, se reflétant dans tout ce qui l'entoure.
Comme un besoin d'espace charnel, accéder à tes plus fous fantasmes, ton érotisme, ta sensualité, tes charmes et succomber au petit matin après un petit tour au creux de tes reins.
Tu me manques au plus profond de mon être et j'ai mal de ne pas toujours être le fruit de ton bonheur, le valet de ton coeur.
Je suis en manque de toi, chaque jour, chaque minute quand on est pas, ces amants fougueux, qui récoltent la moisson de leurs ébats amoureux.
J'aurais tant à dire et à faire avec toi qu'une seule vie ne suffirait pas, chaque heure, chaque seconde lorsque tu n'est pas, je suis en manque cruel de toi.
C'est un besoin viscéral en moi, j'ai tout le temps envie de toi, de te combler de tout mon être et même de ce que je n'ose pas être. Tant de pensées enfouissent mon désir, freinant à leur tour des instants de plaisir, mais pour un seul calin de toi, il n'y a rien que je ne ferais pas.
Je suis en manque de toi parfois tu ne le vois pas mais je sais que le jour viendra où tu oseras ce que tu n'ose pas. Aller crescendo dans la pyramide du plaisir et te faire aller au dela de nos propres désirs, aller au bout de chacun de nos fantasme pour y vivre le plus bel orgasme.
Je suis en manque de toi, alors surtout n'attends pas, je suis une fleur faite pour toi et qui n'existe que pour toi.


Si ce texte vous inspire , n'oubliez pas de me lire car le livre qui paraitra chacun s'y retrouvera.

http://sylvainlambert77.over-blog.com

Écrit par : sylvainlambert77 | 13/07/2007

... L'Amour est la pire de drogues... mais alors ourquoi, alors qu'on le sait, n'arrive-t-on pas à décrocher?

Peut-être qu'on ne peut vivre sans comme dise les poêtes...

Écrit par : fallen-angel | 17/08/2007

Les commentaires sont fermés.